Aller au contenu
Accueil » Témoignages » Témoignages ODD4 » Mathéo Salot et l’ODD4

Mathéo Salot et l’ODD4

Mathéo Salot , citoyen engagé de l’ODD4

L’ODD4 vise à garan­tir à cha­cun l’accès à une édu­ca­tion de qua­lité, dans l’enfance et l’adolescence mais éga­le­ment tout au long de la vie. Cette dis­po­si­tion est inter­con­nec­tée avec l’ensemble des autres Objectifs de Développement Durable de l’Agenda 2030. En effet, une édu­ca­tion effi­cace per­met­tant le fonc­tion­ne­ment de l’ascenseur social contri­bue à la réduc­tion de la pau­vreté, à l’établissement de la démo­cra­tie, à l’épanouissement per­son­nel et à la sti­mu­la­tion de l’innovation (y com­pris pour atteindre les objec­tifs envi­ron­ne­men­taux qui demandent sou­vent des mesures dis­rup­tives, qui naissent de l’intelligence collective).

Peux-tu te présenter et expliquer ton choix de t’engager en faveur de l’ODD4

Je m’appelle Mathéo Salot, j’ai 17 ans et je suis actuel­le­ment en Terminale géné­rale au lycée du Forez à Feurs dans la Loire. Je suis engagé dans mon lycée en temps que vice-pré­sident du Conseil à la Vie Lycéenne,

éco-délé­gué et éga­le­ment élu au Conseil Académique à la vie lycéenne de l’Académie de Lyon. Je suis par ailleurs membre fon­da­teur du col­lec­tif des Citoyens de l’Anneau qui œuvre pour la réa­li­sa­tion des Objectifs de Développement Durable.

Depuis le col­lège, je me suis atta­ché à la pré­ser­va­tion de l’environnement dans mon éta­blis­se­ment. Nous avons par exemple créé avec des amis un Conseil éco-citoyen. Il s’agit d’un espace de dis­cus­sion réunis­sant l’ensemble des usa­gers de l’établissement avec la direc­tion et des par­te­naires exté­rieurs pour mettre en place des actions en faveur du Développement durable et l’é­lec­tion d’éco-délégués dans l’ensemble des classes.

Travail pour inté­grer le tri sélec­tif à la can­tine en par­te­na­riat avec notre société de res­tau­ra­tion ou bien encore col­lecte du maté­riel d’écriture et du papier dans les classes pour recy­clage… nous avons mené de nom­breux pro­jets à leur terme.

Outre ceci, nous avons éga­le­ment par­ti­cipé à l’élaboration du PCAET (Plan Climat Air Énergie Territorial) de la Communauté de Communes de Forez-Est à leur invi­ta­tion. Le PCAET est un docu­ment stra­té­gique rendu obli­ga­toire à la réa­li­sa­tion pour les inter­com­mu­na­li­tés de plus de 20 000 habi­tants par la loi rela­tive à la tran­si­tion éner­gé­tique pour la crois­sance verte de 2015. Il s’agit de la décli­nai­son ter­ri­to­riale des accords de Paris sur le climat.

Nous avons notam­ment eu l’occasion d’y défendre des pro­po­si­tions sur la métha­ni­sa­tion ou bien encore sur les jalons de l’évaluation des poli­tiques publiques dont cer­taines ont été reprises. Voici un lien vers le site de la com­mu­nauté de com­munes à pro­pos du PCAET , le Plan Climat Energie Territorial pour en savoir davantage 

Plan Climat Forez-Est

Entré au lycée, j’ai sou­haité pour­suivre cet enga­ge­ment pour le Développement Durable avec l’objectif de conci­lier fonc­tion­ne­ment effi­cace du ser­vice et néces­sité de pour­suivre la tran­si­tion éco­lo­gique de l’établissement. J’ai défendu à nou­veau le créa­tion d’un Conseil éco-citoyen dans les ins­tances du lycée et obtenu sa créa­tion pour don­ner un cadre à l’action des éco-délé­gués, créés en 2019 par le minis­tère de l’Education Nationale (dont la fonc­tion est défi­nie par la cir­cu­laire 2019-121)

 Il est aujourd’hui com­plè­te­ment opé­ra­tion­nel après un an d’une exis­tence mou­ve­men­tée en rai­son de la crise sani­taire. Nous avons eu l’occasion de mener des pro­jets concrets en faveur du Développement Durable au lycée comme des plan­ta­tions d’arbres en extérieur.

La mise en place de nichoirs en par­te­na­riat avec la LPO, l’intégration plus large de l’Education au Développement Durable dans les ensei­gne­ments, une des cibles de l’ODD4, l’obtention du label lycée éco-res­pon­sable ou bien encore la mise en place d’un « 1,2,3 je ne gas­pille pas » à la cantine.

En tant que Conseiller aca­dé­mique à la vie lycéenne de l’Academie de Lyon, j’agis éga­le­ment pour la créa­tion d’un « kit du Conseil éco-citoyen » à des­ti­na­tion de l’ensemble des éta­blis­se­ments sco­laires afin de les aider à entrer dans une démarche éco-res­pon­sable avec les Conseils éco-citoyen comme porte d’entrée.

Quelqu’un ou quelque chose t’inspire-t-il par son action en faveur de l’ODD4 ( Personnalité, organisation, association, collectif, entreprise, Etat) ?

D’une manière géné­rale, je suis tou­jours impres­sionné par le dyna­misme de ma géné­ra­tion sur la ques­tion du Développement Durable. Membres de col­lec­tifs, d’associations ou de pro­grammes comme ceux de l’UNICEF et de l’UNESCO en faveur de l’ODD4 ou non, les ado­les­cents et jeunes adultes sont un vivier d’idées et une force d’action inépui­sable pour atteindre les Objectifs de Développement Durable.

Comment perçois-tu le chemin pour atteindre l’ODD4 ?

Il est indé­niable que le che­min est encore long pour atteindre l’ODD4. Les objec­tifs sont ambi­tieux et le temps file.

Néanmoins, l’émergence de nom­breuses ini­tia­tives posi­tives est de nature à nous encou­ra­ger à pour­suivre le che­min. Les jeunes géné­ra­tions sont de plus en plus sen­si­bi­li­sées et enga­gées pour le Développement Durable et entraînent bien sou­vent leurs aînés dans cette démarche, ce qui est posi­tif. Néanmoins, un grand défi­cit d’information se faire sen­tir par rap­port à l’Agenda 2030. Un tra­vail de com­mu­ni­ca­tion à grande échelle doit voir le jour pour que les citoyens s’approprient les ODD. Cela me semble indis­pen­sable à leur réalisation.

De plus, pour atteindre concrè­te­ment les objec­tifs de l’ODD 4 et de l’ensemble des autres ODD, je suis convaincu qu’il nous faut agir sur trois fronts : l’échelle indi­vi­duelle et locale, l’échelle natio­nale et enfin l’échelle inter­na­tio­nale. La com­bi­nai­son des ini­tia­tives de grande ampleur et de la « part du coli­bri », de cha­cun, sont la clé pour une action puis­sante, effi­cace et pérenne. De plus, à l’heure où l’on remarque un désen­ga­ge­ment civique mar­qué dans nos démo­cra­ties occi­den­tales, il est éga­le­ment indis­pen­sable que cha­cun retrouve la voie de la poli­tique pour faire valoir ses idées en faveur du Développement durable avec pragmatisme.

En effet, d’une façon géné­rale, il faut aussi gar­der en tête que le Développement Durable est et sera encore une affaire de com­pro­mis. Il ne faut lais­ser per­sonne au bord de la route et donc pro­mou­voir un déve­lop­pe­ment « inclu­sif », dans le meilleur sens de ce terme.

Le duo interdire/​innover ne fonc­tionne que si les citoyens et les entre­prises sont accom­pa­gnés dans leur tran­si­tion éco­lo­gique, pour l’achat d’un nou­veau véhi­cule plus vert, pour réno­ver leur loge­ment qua­li­fié de « pas­soire ther­mique » ou bien encore pour moder­ni­ser une chaîne de pro­duc­tion trop pol­luante par exemple. Je suis convaincu que nous attein­drons l’ODD4 et tous les autres, grâce à une approche prag­ma­tique, avec l’engagement de tous les citoyens et non à coup d’incantations démagogiques.

De nom­breux pro­grès avaient été réa­li­sés pour l’ODD4 de 2000 à 2015 au tra­vers des objec­tifs EPT Éducation Pour Tous , mais ils n’ont pas pour autant été réalisés.

 Il est de notre devoir de conti­nuer à nous dépas­ser col­lec­ti­ve­ment, à inven­ter de nou­velles solu­tions et à per­sé­vé­rer pour atteindre nos objec­tifs pour 2030 en termes d’éducation mais aussi dans les 16 autres domaines inter­dé­pen­dants couverts.

Retrouvez Mathéo Salot sur les réseaux sociaux

Confiez-nous vos témoi­gnages, par­ta­geons nos expé­riences liées aux ODD

Toutes vos ini­tia­tives posi­tives nous inté­ressent et pas­sion­ne­ront à n’en pas dou­ter, d’autres Citoyens qui comme nous visent un ave­nir meilleur et durable 😍

À propos de l’auteur

Élu au Conseil aca­dé­mique à la vie lycéenne – Vice-pré­sident du Conseil des délé­gués pour la Vie Lycéenne (CVL) qui débat des ques­tions sur le tra­vail sco­laire et les condi­tions de vie des élèves dans les lycées.