Aller au contenu
Accueil » Témoignages » Témoignages ODD15 » Philippe Mathis et l’ODD15

Philippe Mathis et l’ODD15

L’ODD10 pour une Action Unie de Déve­lop­pe­ment Durable, offrir sa voix pour nos amis qui ont un défi­cit visuel

Penser avoir eu rai­son trop tôt ou bien se réjouir d’a­voir été pré­cur­seur d’une prise de conscience mon­diale, je choi­sis le verre à moi­tié plein !

Suis-je né à la bonne époque, à l’adolescence, j’ai cher­ché à faire entendre le chant des oiseaux aux adultes, comme une com­plainte à la beauté que je dési­rais pro­té­ger. Quelques décen­nies plus tard, la musique arrive aux oreilles des déci­deurs poli­tiques, le par­cours du com­bat­tant pour la nature se fait entendre. L’ODD13, l’ODD14 et l’ODD15 seraient-ils les signes avant-cou­reur que la nature va finir par être aimée de l’homme, pour ce qu’elle lui apporte de ser­vices gra­tuits et de bien-être ?

L’émerveillement pour la nature fut ce jeune écu­reuil que ramena mon père, un jour d’orage, à la mai­son. Passé le moment hor­ri­fié de ma mère à la vision de ce « rat » tout mouillé, le petit pen­sion­naire devint le centre d’intérêt de la famille. Il fut rejoint par un jeune fau­con cré­ce­relle blessé auquel j’appris à chas­ser le cam­pa­gnol dans le pré voi­sin. C’est ainsi que tout natu­rel­le­ment mes loi­sirs furent orien­tés vers les asso­cia­tions telles les Jeunes Amis des Animaux et de la Nature, le Fonds d’Intervention pour les Rapaces puis la Ligue pour la Protection des Oiseaux dont je fus, avec pas­sion, l’un des acteurs de la régionalisation.

De la pro­fu­sion de sou­ve­nirs émerge le cam­ping « sau­vage » dans la neige du mas­sif Vosgien, afin de sur­veiller les aires de repro­duc­tion de Faucons Pèlerins qui étaient bra­con­nés pour des fau­con­niers du Golfe et subis­saient le ravage du DDT, cet insec­ti­cide qui tuait les embryons dans les œufs fra­gi­li­sés.  En ces années 70, notre mili­tan­tisme fut conco­mi­tant à l’interdiction de ce poi­son et à la loi de 1976 pour la pro­tec­tion de la nature qui fut suivi des pre­miers décrets de pro­tec­tion des rapaces comme espèces protégées.

Ancien Président, Vice-Président, Secrétaire Général d’ONG de pro­tec­tion de la nature, mon enga­ge­ment se pour­suit aujourd’­hui dans le champ poli­tique notam­ment, afin que le déve­lop­pe­ment vise au bien-être humain et à la pros­pé­rité. Co-fon­da­teur des C2A, je suis convaincu que l’a­ve­nir réside en grande par­tie dans l’en­ga­ge­ment de chaque citoyen.

La lec­ture de l’ouvrage de Jean Dorst « Avant que Nature Meure » fut un révé­la­teur pré­mo­ni­toire qui mar­qua mon engagement

S’en suivi un quart de siècle d’engagements asso­cia­tifs, des années de com­bat pour la pro­tec­tion des busards cen­drés dans les plaines céréa­lières où les mono­cul­tures ont fait dis­pa­raître les zones humides, sites de nidi­fi­ca­tion de ce rapace au vol ondulent au-des­sus des blés, aux poses de nichoirs pour per­mettre la sur­vie des chouettes che­vêches que les remem­bre­ments et leur coro­laire d’arrachage de haies, condui­saient comme les pies grièches grises à aban­don­ner nos cam­pagnes. Du refus de voir le joyau mosel­lan de bio­di­ver­sité, l’étang de Lindre, trans­formé par un Président de Conseil Général en pis­ci­cul­ture inten­sive, de l’obtention contre l’avis d’un Président de Parc Naturel Régional, d’un nou­veau tracé d’une ligne TGV dont le ter­ri­toire fut par la suite classé au titre d’un traité inter­na­tio­nal de conser­va­tion, la Convention de Ramsar.

Avec mon épouse et des amis de Belgique. Protecteurs du busard cen­dré dans les années 2000, Frédéric BURDA et les anciens de Belgique sont tou­jours là, année après année pour le busard cen­dré des plaines de Meuse.
Le record, 11 h 00 d’af­fut au soleil pour repé­rer un échange de proie au loin dans le champs et la décou­verte de 3 jeunes busards à sau­ver avec l’a­gri­cul­teur d’une mort par la mois­son­neuse. Des moments forts qui marquent l’en­ga­ge­ment pour la nature et pour la vie.
Nous cam­pions, les tentes dans la neige au bas des falaises pour sur­veiller les aires et évi­ter le déni­chage par des tra­fi­quants pour la fau­con­ne­rie. Souvenirs, Daniel B, Marie Anne IB, Philippe S, Roger C, Claude K, Michel R, Daniel G, et tant d’autres, pré­sents dans ma mémoire de mili­tant de la pre­mière heure de la pro­tec­tion de la nature.

Souvenirs aussi, ces mani­fes­ta­tions dans les Vosges contre les pluies acides, l’écriture et la remise à Nicole Fontaine , Présidente du Parlement Européen, avec Allain Bougrain Dubourg d’une péti­tion de 2 139 256 signa­taires, sur papier, visant à confor­ter la Directive Oiseaux, l’engouement de com­pas­sion et mobi­li­sa­tion citoyenne suite à la marée noire de l’Erika…  Que d’exaltations pour mère nature !

Alors que les chasseurs avaient recueilli 1,6 millions de signatures , BirdLife International, la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) et France Nature Environnement (FNE) ont fait mieux avec les 2 139 256 signatures de la pétition qu’ils ont lancé en faveur des oiseaux migrateurs.
Nul doute que ce chiffre impressionnant (c'est la 1ère fois qu'une pétition en faveur de la conservation recueille autant de signatures), donnera à réfléchir aux députés dès le 21 mars 2000, lors du débat sur le projet de loi sur la chasse présenté par le Gouvernement français.
Cette pétition a circulé dans 19 Etats européens pour demander au Parlement uropéen de s'opposer à tout projet de modification de la Directive Oiseaux et exiger son application massive. Concernant la France, les signataires demandent au Gouvernement français d'abroger la loi de juillet 1998, de raccourcir la période de chasse et d'appliquer la Directive immédiatement.
C'est en France et en Grande Bretagne que la pétition a été la plus massivement soutenue, avec respectivement 1 129 797 et 521 850 signatures, toutefois la Belgique avec une population beaucoup moins importante a tout de même atteint 121 777 signatures.
La pétition sera présentée officiellement à Madame Nicole Fontaine, Présidente du Parlement Européen, le 1er mars 2000 à Bruxelles.
Outre cette pétition, dans la perspective du prochain débat sur le projet de loi sur la chasse, la LPO invite les associations et particuliers à envoyer un courrier à leur député concernant la fixation de dates de chasse raisonnables, l'interdiction de la chasse de nuit et la reconnaissance du droit de non-chasse pour les propriétaires terriens.

Les Oiseaux marins ( Source : LPO ) FR3 Marée noire de l’ERIKA : au che­vet des oiseaux mazoutés.

Il y a 20 ans , la marée noire de l’Erika- Source : Paris Match- Publié le 23/​12/​2019 Clément Mathieu

Agir fut aussi une « Mission Nature » par l’organisation de chan­tiers d’insertion per­met­tant la remo­bi­li­sa­tion de per­sonnes en dif­fi­culté d’intégration qui per­mis, en France, l’expérimentation des pre­mières res­tau­ra­tions de cours d’eau avec des tech­niques végé­tales de fas­ci­nage, revé­gé­ta­li­sa­tion des berges, plan­ta­tion de haies post remembrements…

Puis arriva, la réforme du sta­tut fis­cal des asso­cia­tions ren­dant impos­sible des acti­vi­tés rému­né­ra­trices per­met­tant de finan­cer les actions d’intérêt géné­ral, le fisc inventa la filia­li­sa­tion des acti­vi­tés dites à leurs yeux lucra­tives, limi­tant ainsi les capa­ci­tés d’indépendance des asso­cia­tions dites dans le lan­gage poli­tique, de contre-pou­voir. Les 35 heures ache­vant de détruire l’esprit du béné­vo­lat des sala­riés asso­cia­tifs, déna­tu­rant la pas­sion de l’engagement.

Après une pause de 15 ans et un pas­sage dans des îles para­di­siaques, La Réunion, Maurice, Madagascar, le retour fut un constat que la 6ème extinc­tion du vivant était bel et bien en cours, et qu’il était impos­sible, que le mili­tant dans l’âme de la pré­ser­va­tion de la bio­di­ver­sité ne reprenne pas le che­min de sa pas­sion de jeunesse.

Le rap­port de l’IPBES pré­senté au G7 Environnement en 2019 dans ma ville natale de Metz.

Entre tris­tesse et exal­ta­tion, de constats alar­mants aux ini­tia­tives pleines d’espoirs, les sciences et pra­tiques de l’écologie sont deve­nues matures, se lèvent de par­tout une nou­velle conscience qui amène à un chan­ge­ment de bous­sole, comme la théo­rie du Donut, « 10 ans pour chan­ger le monde » et dans l’actualité de 2021, l’édification d’un 3ème plan stra­té­gique pour la bio­di­ver­sité, une Assemblée Générale de l’UICN à Marseille qui por­tera haut et fort les Solutions Fondées sur la Nature et le mes­sage de Antonio GUTERRES, Secrétaire Général de l’ONU, qui exhorte les Nations du monde de faire la paix avec la nature, en fin d’année la COP 15 qui fixera la voie pour une décen­nie d’action pour la biodiversité.

De par­tout la nature est recon­nue comme une fonc­tion vitale pour l’humain et l’espoir renaît d’in­ver­ser la pro­gres­sion de la des­truc­tion du monde vivant.

Les @Citoyens2Anneau, un col­lec­tif de citoyens qui émerge dans cette prise de conscience, des citoyens qui s’engagent sur tout l’éventail d’un guide ouvert qui s’écrit au quo­ti­dien de leurs ini­tia­tives, les 17 ODD qui orientent, comme prôné par le PNUD, le Développement Humain visant à la « Prospérité » et la recherche du bien-être dans un monde où per­sonne ne doit être laissé de côté.

Participation en tant que Citoyen de l’Anneau aux Assises natio­nales de la Biodiversité de Massy en 2020 ”

Alors, suis-je né à la bonne époque, et bien disons que l’avènement de l’ère de l’Anthropocène me per­met de dire aujourd’hui que j’aurais eu plu­sieurs vies, que la nou­velle n’est pas écrite et que mes pas surfent sur les possibles.

Ce témoi­gnage res­tera une lettre ouverte à ma conscience, que dois-je faire main­te­nant, quelle prio­rité, com­ment puis-je être utile ; par l’engagement poli­tique, l’action asso­cia­tive pour la pré­ser­va­tion de la nature, la par­ti­ci­pa­tion à l’émergence d’une nou­velle pen­sée éco­lo­gique, l’innovation dans la finance verte, l’évolution de pra­tiques éco­no­miques pré­ser­vant le capi­tal natu­rel et la biodiversité …

Ce qui donne un sens à la vie, c’est de se dire que l’essentiel est d’accomplir ses rêves et ne pas se poser la ques­tion du comment !

Alors, je me réveille à nou­veau et je me sur­prends de rêver, éveillé, comme à mon adolescence…

Retrouvez Philippe MATHIS sur les réseaux sociaux :

Confiez-nous vos témoi­gnages, par­ta­geons nos expé­riences liées aux ODD

Toutes vos ini­tia­tives posi­tives nous inté­ressent et pas­sion­ne­ront à n’en pas dou­ter, d’autres Citoyens qui comme nous visent un ave­nir meilleur et durable 😍

À propos de l’auteur

Reporter C2A
Philippe, mili­tant asso­cia­tif de la pre­mière heure de la pro­tec­tion de la nature, porte un regard d’es­poir sur la prise de conscience uni­ver­selle que le temps de faire la paix avec la nature est devant notre porte.